Erreur 9 : Accuser des retards de paiement

Erreur 9 : Accuser des retards de paiement

La cause des retards de paiement

Dans le présent billet, focalisons-nous sur la cause des retards de paiement, c’est-à-dire que nous nous intéresserons sur l’entreprise qui accuse des retards de paiement parce qu’elle ne se fait pas payer dans les temps. Ce n’est pas par mauvaise foi. C’est sans doute par timidité.

Un comportement erroné de la part des entreprises

Une étude annuelle initiée par l’Association Française Des Crédits managers et Conseils met à jour le manquement des entreprises à user des moyens en leur possession pour tenir tête aux mauvais payeurs.

Recevoir leur paie en différé a de lourdes conséquences pour les entreprises, mais souvent, celles-ci préfèrent tolérer une telle faute de la part de leur payeur dans un souci de préserver leur bonne relation commerciale dans un contexte de rude concurrence. Les statistiques de l’AFDCC indiquent alors qu’environ 50% des entreprises ne font pas de réclamation quoiqu’elles soient victimes de retards de paiement, 27% réclament systématiquement. Les entreprises implantées en France, territoire où les pénalités sont encore supportables, se distinguent de celles de l’Europe du Nord qui, elles, tolèrent rarement les retards.

Gérer vos impayés et augmenter votre trésorerie !

7  modules qui garantissent une augmentation de votre trésorerie !!

Cette formation pour traiter les impayés apporte toutes les clés pratiques pour se lancer.

Aussi, quoique les pénalités pour retard de paiement existent dans l’Hexagone, les payeurs ne les encaissent pas toujours. En 2011, ils étaient près de 33% à les encaisser, et cela s’est empiré en 2015, année où il ne restait plus que 16% de payeurs à assumer leur sanction. Les entreprises ont donc émis leur avis à propos : proposant une facturation périodique, elles souhaitent que les pénalités deviennent obligatoires.

Les frais de recouvrement de 40 euros

Un outil a donc été mis à la disposition des entreprises à savoir l’obligation légale d’inscrire l’indemnité forfaitaire de 40 € sur les factures. Résultat : 80% des entreprises l’ont appliqué, mais plus tard, la relation interentreprises s’était tendue, et il se trouvait que 62% des entreprises n’indiquent plus ces frais de recouvrement sur leurs courriers de relance. Pire, il n’y a plus qu’une minorité de 3% qui encaisse systématiquement l’indemnité en question.

Conséquences des retards de paiement

L’effet domino se fait surtout sentir chez les PME. Les problèmes de trésorerie sont conséquents, entraînant parfois le dépôt de bilan. Le fléau s’étend au point d’avoir un impact négatif sur l’économie du pays. De ce fait, il en ressort qu’il est dangereux de ne pas se faire payer dans les temps. Le cumul, par une entreprise, des factures impayées menace sa survie. Une facture impayée est synonyme de perte financière. Une fois de plus, l’adage « le temps, c’est de l’argent » a sa raison d’être.

Comment prévenir un tel risque ?

Dès qu’il n’y a pas urgence, intégrez dans votre fonctionnement journalier :

  • Une demande d’acompte à chaque commande ;
  • Des demandes de renseignements sur vos clients notamment sur leur santé financière et leur existence juridique ;
  • Des relances systématiques dans les meilleurs délais, avant terme.

En cas de facture impayée malgré le dépassement de l’échéance et les relances, vous pouvez toujours recourir à un spécialiste du recouvrement. Ce professionnel est en mesure d’intervenir en votre nom, sans doute serait-il plus crédible !

Pour plus d’informations n’hésitez pas à nous contacter ! 

Formation recouvrement des créances disponible ici !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*