Reconversion professionnelle : réponses aux questions fréquentes

Reconversion professionnelle : réponses aux questions fréquentes

La reconversion professionnelle : raisonnable ?

Bon nombre de questions se posent autour de la reconversion professionnelle. Mais la plus fréquente, vu qu’il s’agit d’une décision cruciale, est de se demander si c’est raisonnable.

Cette décision n’est jamais mauvaise en soi. À titre d’information, quoique beaucoup sont obligés de se reconvertir professionnellement car leur voie initiale est sans issue, la majorité de ceux qui envisagent de le faire sont des gens qui voudront donner plus de sens à leur quotidien. Ils voient alors leur future activité comme un tremplin vers cette condition de vie. Ils ont raison car le contexte favorise leur décision. Notons qu’on est à l’ère d’une société en pleine évolution, où le duo de valeurs travail-effort périclite en faveur du tandem vie-mission.

Par ailleurs, certains optent pour la réorientation professionnelle parce qu’ils ont trouvé un bon moyen pour se faire de meilleurs revenus ou pour jouir de meilleures conditions de travail avec des horaires plus adaptés. Quelle que soit la raison de votre décision, il faut savoir s’y prendre. Rien ne sert de s’empresser, il faut procéder avec méthode. Votre nouvelle entreprise est assimilable à un jardin : préparez le terrain, désherbez-le, nourrissez-le, écartez les nuisibles, choisissez la bonne plante à cultiver, semez, arrosez, surveillez et soignez-la !

Ai-je l’âge idéal pour me reconvertir professionnellement ?

Que vous soyez trentenaire, quadragénaire ou quinquagénaire, les rabat-joies auront toujours leur mot à dire. L’âge idéal, c’est lorsque vous avez un projet bien mûri et que vous êtes prêt à le mener avec sérénité, avec les bons moyens et la démarche adéquate.

Quels conseils pour réussir sa reconversion professionnelle ?

Si le moteur de votre décision est la lassitude, essayez de trouver la raison. Est-ce votre métier qui vous lasse, ou est-ce les conditions de travail ? Si ce n’est que les conditions de travail, la création d’entreprise avec la même activité ou le changement du modèle économique de votre entreprise pourra être une solution, à moins que vous ne vouliez changer d’employeur.

Ne perdez pas de vue votre profil professionnel, soignez votre « story telling » car cela vous donne du poids, à vous, à l’entreprise que vous représentez, à vos produits et prestations. Sachez que lorsque vous entreprenez une toute autre activité ou lorsque vous changez de métier, vous enrichissez votre CV. Dans la foulée, votre histoire doit être intéressante. Ce n’est pas en se reconvertissant maintes fois qu’on donne une bonne image de soi.

Changez de manière de penser. Quelle que soit la filière vers laquelle vous allez vous réorienter, arrêtez de vous considérer comme avant. Sans doute un employé qui a des droits et des avantages acquis et qui doit réclamer tel ou tel dû ? Ayez plutôt l’état d’esprit d’un gagnant, celui d’un entrepreneur.

Enfin, la connaissance de soi est un critère important pour cultiver sa confiance en soi, qualité primordiale pour aller de l’avant. Pour vous aider, examinez votre manière de vivre. En plus précis, entre les postures d’employé, de travailleur, de propriétaire et d’investisseur, où vous situez-vous face au temps, à l’argent à la sécurité et à l’entrepreneuriat ?

Le parcours de l’entrepreneur !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*