Entrepreneur ou salarié, comment choisir ?

Entrepreneur ou salarié, comment choisir ?

Entrepreneur ou salarié, un choix difficile …

Un entrepreneur peut-être dirigeant d’entreprise, mais il peut aussi être consultant. Dans les deux cas, il est soit un travailleur non salarié (TNS) ou un salarié.

Cas du chef d’entreprise

Avant tout, il faut savoir que le choix entre les statuts de dirigeant assimilé salarié et de TNS dépend en grande partie de la forme juridique de l’entreprise et du pourcentage de détention de cette entreprise.

Un chef d’entreprise assimilé salarié peut être :

  • Le gérant non associé d’EURL ;
  • Le gérant égalitaire ou minoritaire de SARL ;
  • Le PDG, DG, président du conseil d’administration ou du conseil de surveillance d’une SA ;
  • Le DG ou le président de SAS.

Un chef d’entreprise TNS peut être :

  • Le gérant d’une entreprise individuelle ;
  • Un associé gérant d’EURL ;
  • Un gérant majoritaire de SARL ;
  • Un associé de SNC.

Un TNS a l’avantage de ne payer qu’une faible cotisation à ses deux premières années entrepreneuriales. D’ailleurs, ses charges sociales sont inférieures à celles d’un salarié. Aussi, si vous êtes TNS, vous pouvez disposer librement de la couverture complémentaire de votre choix notamment pour votre retraite ou votre prévoyance.

Quant au salarié, il jouit d’une protection sociale plus complète. En plus, depuis le 1e janvier 2013, si vous êtes associé ou actionnaire, vos dividendes sont exonérés d’impôts.

Compte tenu de ces données, faites-vous accompagner par votre expert-comptable dans le choix de votre statut, car l’écart du poids des cotisations à payer par un salarié et un TNS est aussi proportionnel au revenu.

Cas du consultant

En termes de revenus, travailler en indépendant s’avère plus avantageux qu’être consultant salarié. À titre d’exemple : voici un consultant dont le salaire brut est de 60 000 € par an. Le coût pour son entreprise est de 90 000 €. S’il est salarié, il perçoit en général 45 000 € nets. S’il est indépendant, quoiqu’il paie les frais de gestion annuels de 2 000 € et les cotisations TNS, il perçoit 58 000 € nets.

Cependant, il existe beaucoup d’autres paramètres qui entrent en jeu dans votre choix de statut, mais les deux avantages évidents qui diffèrent le statut de consultant salarié et le statut de consultant indépendant sont la sécurité de l’emploi pour le premier et la liberté pour le second.

Dans une conjoncture économique incertaine, on préfère un revenu salarial sécuritaire à l’instabilité de l’activité du consultant indépendant. Aussi, en fin de contrat, le salarié bénéficie automatiquement de l’assurance chômage. Si vous êtes salarié le long de votre carrière, vous ne craignez pas les ruptures de caisse et les changements qui rendent difficiles le calcul de votre pension et les formalités relatives à la liquidation de votre retraite.

Le consultant ayant adopté le régime TNS, lui, est plutôt libre puisqu’il est le seul maître de son activité. Le choix du rythme de développement de son entreprise, du recrutement ou non, et de la diversification lui revient. Il est libre d’optimiser son activité par la capitalisation de ses excédents, la gestion de sa retraite, le réinvestissement de ses bénéfices dans l’immobilier, etc.

Pour conclure, comment choisir ?

Cela dépend de vous, de votre personnalité. Si vous avez l’esprit d’entreprise et le goût du risque, le TNS est pour vous. Voyez également votre situation financière personnelle et votre situation familiale.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*