Erreur 4 : Faire un mauvais choix de son statut

Erreur 4 : Faire un mauvais choix de son statut

Comment faire le bon choix de son statut juridique ?

Chaque forme juridique existante, est adaptée à un profil bien déterminé. En effet, aucun statut juridique n’est meilleur qu’un autre. L’essentiel est qu’il corresponde au profil du créateur d’entreprise. Ainsi, bien avant de fixer votre statut, prenez le temps d’y réfléchir, car un mauvais choix entraîne des risques conséquents.

Pour être sur de votre choix nous vous conseillons de consulter également un autre article sur le choix de votre statut juridique

Conséquences d’une forme juridique mal choisi

Une forme juridique détermine le régime fiscal auquel sera soumise votre entreprise. Si vous en faites un mauvais choix, vous serez surpris par un taux d’imposition moins intéressant.

Aussi, un statut inapproprié est susceptible d’impacter sur la protection de votre patrimoine personnel. Si par inadvertance, vous vous êtes contenté du statut d’entrepreneur individuel, alors, sachez qu’en cas de problème impliquant vos biens, il n’y aura pas de distinction entre votre patrimoine personnel et votre patrimoine professionnel, alors que si vous aviez opté pour le statut de société, alors, votre patrimoine personnel serait préservé.

L’étendue du contrôle d’une société par ses différents propriétaires diffère selon la forme juridique choisie. Il faut donc savoir au préalable à quel point vous pouvez piloter votre entreprise si vous optez pour tel ou tel statut. Sinon, vous risquez de ne pas pouvoir tout contrôler comme vous l’avez prévu.

L’impact sur le chiffre d’affaires n’est pas la conséquence la moins grave. En effet, si, une fois de plus, vous vous êtes contenté de garder le statut d’auto-entrepreneur ou de micro-entrepreneur dont le CA est limité, et pourtant, ce chiffre a dépassé le plafond, alors, vous risquez de gérer difficilement les retombées de ce dépassement dans votre fonctionnement administratif et comptable.

Que faire pour éviter les mauvaises surprises ?

Il faut anticiper avant de fixer sa forme juridique. Il est important de savoir que ce statut est l’enveloppe juridique de votre activité. Sur ce, son choix mérite une sérieuse réflexion. Les études à réaliser en amont consistent à se poser des questions sur l’adéquation homme-projet, votre dossier financier, votre stratégie commerciale et l’étude du marché où vous allez évoluer. Lorsque vous aurez répondu aux questions relatives à ces objets, la forme juridique de votre entreprise se déduira d’elle-même.

Conseils divers sur le choix d’un statut juridique

Un apport faible de capital initial à la création d’entreprise est mal vu par les investisseurs, puisque pour eux, votre capital social représente le montant définitif que vous consacrez à votre activité. Ils considèrent donc ce montant comme une sorte de garantie. Vous avez donc intérêt à tenir compte des attentes de vos futurs créanciers, lors du choix de votre forme juridique. Bref, la somme allouée à votre projet a un impact psychologique indéniable.

Un autre paramètre à prendre en compte est le partage du capital. Sachez que le statut de société le permet. Cette forme juridique pourrait donc vous convenir si vous êtes associatif, ou si vous désirez faire participer vos enfants au capital. Un autre atout du partage du capital est l’association des travaux, des idées et des moyens… Bref, pensez à la société si vous souhaitez développer votre activité en groupe.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*